Version mobile du site Ires.fr à venir
A


adminsi2s2016

adminsi2s2016

jeudi, 07 mars 2019 14:04

Bulletin des nouveautés 817

jeudi, 07 mars 2019 14:03

Bulletin des nouveautés 816

Xerfi Canal a reçu Antoine Math, chercheur à l'Ires, pour parler des revenus minima garantis en Europe.

 

Mardi 26 mars 2019 de 14h à 15h45, accueil à 13h45

IRES, 16 boulevard du Mont d’Est, 93160 Noisy-le-Grand, 9ème étage
RER A « Noisy le Grand Mont d’Est »

Lors de cet après-midi interviendront (en français) trois chercheurs allemands et français au sujet de l’impact de la crise sur les capacités d’action syndicales.

« Deux mondes du capitalisme ? Les syndicats de service et de l’industrie manufacturière en Allemagne depuis la Grande récession »
par Heiner Dribbusch (Institut de Recherche Economique et Sociale, WSI, Düsseldorf) Steffen Lehndorff (Université de Duisbourg-Essen)

« Les syndicats français après la crise »
par Jean Marie Pernot (chercheur associé IRES)

Les textes se trouvent dans l’ouvrage Rough Waters : European Trade Unions in Times of Crisis, édité en 2018 par S. Lehndorff, H. Dribbusch et T. Schulten.

Les chapitres sont téléchargeables gratuitement ici.

Merci de vous inscrire auprès de Caroline Aujoulet à caroline.aujoulet@ires.fr
Contact sur place : 01 48 15 18 90

Dans l’attente de vous retrouver nombreux et nombreuses,
Très cordialement, 

Kevin Guillas-Cavan, Marcus Kahmann et Cristina Nizzoli.
Les organisateurs

Les syndicalismes européens dans la crise : Cas allemands et français

Télécharger le compte-rendu de la journée

Mardi 26 mars 2019 de 14h à 15h45, accueil à 13h45

IRES, 16 boulevard du Mont d’Est, 93160 Noisy-le-Grand, 9ème étage
RER A « Noisy le Grand Mont d’Est »

Lors de cet après-midi interviendront (en français) trois chercheurs allemands et français au sujet de l’impact de la crise sur les capacités d’action syndicales.

« Deux mondes du capitalisme ? Les syndicats de service et de l’industrie manufacturière en Allemagne depuis la Grande récession »
par Heiner Dribbusch (Institut de Recherche Economique et Sociale, WSI, Düsseldorf) Steffen Lehndorff (Université de Duisbourg-Essen)

« Les syndicats français après la crise »
par Jean Marie Pernot (chercheur associé IRES)

Les textes se trouvent dans l’ouvrage Rough Waters : European Trade Unions in Times of Crisis, édité en 2018 par S. Lehndorff, H. Dribbusch et T. Schulten.

Les chapitres sont téléchargeables gratuitement ici.

Merci de vous inscrire auprès de Caroline Aujoulet à caroline.aujoulet@ires.fr
Contact sur place : 01 48 15 18 90

Dans l’attente de vous retrouver nombreux et nombreuses,
Très cordialement,

Kevin Guillas-Cavan, Marcus Kahmann et Cristina Nizzoli.
Les organisateurs

jeudi, 14 février 2019 13:58

Bulletin des nouveautés 815

Comment ont évolué les revenus minima garantis des personnes d’âge actif depuis la grande récession de 2008-2009, et quelles réformes a-t-elle entraînées dans son sillage? C’est la question centrale de ce numéro spécial de la Chronique internationale de l’IRES, qui, pour y répondre, examine l’évolution des montants garantis aux personnes et les débats autour de cette question dans huit pays de l’Union européenne et aux États-Unis.
Ces transferts monétaires qui permettent de garantir aux personnes un revenu disponible minimum constituent un élément central des politiques de lutte contre la pauvreté : ils sont donc particulièrement importants dans un contexte de crise. Ces filets de sécurité ont-ils été améliorés, maintenus ou diminués sur la période ? Comment les montants et les conditions d’éligibilité de ces aides ont-ils évolué ? Ces évolutions ont-elles été différentes selon les publics concernés ? Quelles ont été les réactions des acteurs sociaux ?
Quatre constats généraux parcourent les monographies de ce numéro. En premier lieu, le nombre de bénéficiaires de revenus minima garantis est stable ou en augmentation dans plusieurs pays, alors même que le chômage y est en diminution: comment expliquer ce paradoxe ? Ensuite, quelques pays ont mis en œuvre une unification des minima sociaux, souvent au détriment des bénéficiaires : pour quels résultats ? Dans de nombreux cas, la baisse de la protection apportée aux bénéficiaires touche davantage certaines catégories que d’autres, comme les jeunes ou les étrangers. Enfin, les contreparties exigées des bénéficiaires, en termes de reprise d’emploi ou de formation par exemple ont eu, dans la plupart des cas observés, tendance à être renforcées.

Consulter le N°164 de la Chronique internationale de l'IRES

Les Entretiens de l’IRES, qui auront lieu le mardi 19 mars 2019, associeront chercheurs, universitaires et responsables syndicaux pour prolonger le débat sur deux des thèmes de ce numéro.
Plus d’info sur http://www.ires.fr/index.php/rencontres-debats/les-entretiens-de-lires, inscription obligatoire à contact@ires.fr.

Comment ont évolué les revenus minima garantis des personnes d’âge actif depuis la grande récession de 2008-2009, et quelles réformes a-t-elle entrainées dans son sillage ? C’est la question centrale de ce numéro spécial de la Chronique internationale de l’IRES, qui, pour y répondre, examine l’évolution des montants garantis aux personnes et les débats autour de cette question dans huit pays de l’Union européenne et aux États-Unis.
Ces transferts monétaires qui permettent de garantir aux personnes un revenu disponible minimum constituent un élément central des politiques de lutte contre la pauvreté : ils sont donc particulièrement importants dans un contexte de crise. Ces filets de sécurité ont-ils été améliorés, maintenus ou diminués sur la période ? Comment les montants et les conditions d’éligibilité de ces aides ont-ils évolué ? Ces évolutions ont-elles été différentes selon les publics concernés ? Quelles ont été les réactions des acteurs sociaux ?
Quatre constats généraux parcourent les monographies de ce numéro. En premier lieu, le nombre de bénéficiaires de revenus minima garantis est stable ou en augmentation dans plusieurs pays, alors même que le chômage y est en diminution : comment expliquer ce paradoxe ? Ensuite, quelques pays ont mis en œuvre une unification des minima sociaux, souvent au détriment des bénéficiaires : pour quels résultats ? Dans de nombreux cas, le recul de la protection apportée aux bénéficiaires touche davantage certaines catégories que d’autres, comme les jeunes ou les étrangers. Enfin, les contreparties exigées des bénéficiaires, en termes de reprise d’emploi ou de formation par exemple ont eu, dans la plupart des cas observés, tendance à être renforcées.

jeudi, 07 février 2019 10:53

Bulletin des nouveautés 814

Claude SERFATI invité de l'émission "Entendez-vous l'éco ?" du 5 février 2019 sur France Inter.

Xerfi Canal a reçu Kevin Guillas-Cavan, chercheur à l'Ires, pour parler de l'impact de la suppression des comités d'entreprise. Une interview menée par Mounia Van de Casteele. 

Retrouvez ci-dessous les vidéos et présentations des Entretiens de l'Ires du 19 mars 2019.

Alors qu’en France, le système d’aides sociales va être réformé par le projet du gouvernement de « revenu universel d’activité » dont les contours ne sont pas encore connus, les Entretiens de l’Ires ont porté sur les revenus minima garantis dans plusieurs pays industriels.

Le dernier numéro de la Chronique internationale de l’IRES est consacré à l’évolution des revenus minima garantis des personnes d’âge actif depuis la grande récession de 2008-2009 et les réformes qu’elle a entrainées dans son sillage. Il examine l’évolution des montants garantis aux personnes et les débats qui ont nourri cette question dans huit pays de l’Union européenne et aux États-Unis.

Les Entretiens de l’IRES, ont eu lieu mardi 19 mars 2019, et ont associé une soixantaine de chercheurs, universitaires et responsables syndicaux pour prolonger le débat sur deux des thèmes traités dans ce numéro. La première table-ronde a été consacrée à l’analyse du paradoxe suivant : le nombre de bénéficiaires de revenus minima garantis est stable ou en augmentation dans plusieurs pays, alors même que le chômage y est en diminution. La deuxième a été consacrée à l’examen de la mise en œuvre par certains pays, comme le Royaume-Uni ou l’Italie (encore à l’état de projet), d’une unification des minima sociaux, souvent au détriment des bénéficiaires, et de ses résultats.

La Chronique internationale de l’IRES consacrée à la « Protection des bénéficiaires des revenus minima garantis : débats et réformes » est consultable sur notre site.

Télécharger le dossier de presse

Présentations à télécharger :

Déroulé de la journée

Vers une érosion du système d’aide sociale ? (Christèle Meilland)

Le revenu de citoyenneté, mesure phare du « Mouvement 5 étoiles » (Cristina Nizzoli)

Royaume-Uni : Unification ou régression ? (Jacques Freyssinet)

Allemagne : réformes et débats de l’après Hartz IV (Odile Chagny)

IMG 3230 opti IMG 3240 opti

 

Retrouvez ci-dessous les vidéos et présentations des Entretiens de l'Ires du 19 mars 2019.

Alors qu’en France, le système d’aides sociales va être réformé par le projet du gouvernement de « revenu universel d’activité » dont les contours ne sont pas encore connus, les Entretiens de l’Ires ont porté sur les revenus minima garantis dans plusieurs pays industriels.

Le dernier numéro de la Chronique internationale de l’IRES est consacré à l’évolution des revenus minima garantis des personnes d’âge actif depuis la grande récession de 2008-2009 et les réformes qu’elle a entrainées dans son sillage. Il examine l’évolution des montants garantis aux personnes et les débats qui ont nourri cette question dans huit pays de l’Union européenne et aux États-Unis.

Les Entretiens de l’IRES, ont eu lieu mardi 19 mars 2019, et ont associé une soixantaine de chercheurs, universitaires et responsables syndicaux pour prolonger le débat sur deux des thèmes traités dans ce numéro. La première table-ronde a été consacrée à l’analyse du paradoxe suivant : le nombre de bénéficiaires de revenus minima garantis est stable ou en augmentation dans plusieurs pays, alors même que le chômage y est en diminution. La deuxième a été consacrée à l’examen de la mise en œuvre par certains pays, comme le Royaume-Uni ou l’Italie (encore à l’état de projet), d’une unification des minima sociaux, souvent au détriment des bénéficiaires, et de ses résultats.

La Chronique internationale de l’IRES consacrée à la « Protection des bénéficiaires des revenus minima garantis : débats et réformes » est consultable sur notre site.

Télécharger le dossier de presse

Présentations à télécharger :

Déroulé de la journée

Vers une érosion du système d’aide sociale ? (Christèle Meilland)

Le revenu de citoyenneté, mesure phare du « Mouvement 5 étoiles » (Cristina Nizzoli)

Royaume-Uni : Unification ou régression ? (Jacques Freyssinet)

Allemagne : réformes et débats de l’après Hartz IV (Odile Chagny)

IMG 3230 opti IMG 3240 opti

 

Participation d’Odile Chagny au Séminaire

Les réformes économiques en France : premier bilan, défis et perspectives
Le 15 mars 2019 de 8h30 à 16h
Centre de conférences Pierre Mendès-France
Ministère de l'Économie et des Finances
139 rue de Bercy 75012 Paris

Discours d’ouverture :

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances

Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques et financières, à la Fiscalité et à l’Union douanière.

Introduction du séminaire par Pr. Jean Tirole, prix Nobel d’économie

Leurs interventions seront suivies de trois sessions et échanges sur :

- Quels leviers pour libérer l’activité et le potentiel productif de la France : le tryptique productivité, compétitivité et investissement ?
Avec Marco Buti (Commission européenne), Chiara Criscuolo (OCDE), Xavier Ragot (OFCE), et Odile Renaud-Basso (DG Trésor)

- Comment améliorer la compétitivité des entreprises, créer des emplois de qualité et soutenir le pouvoir d’achat des actifs ?

Avec Selma Mahfouz (DARES), Thierry Mayer (CAE), Jean-Luc Tavernier (INSEE) (à confirmer) et Etienne Wasmer (Sciences-Po) (à confirmer)

- Les enjeux économiques et sociaux des mutations liées au numérique : comment faire émerger un nouveau modèle de croissance?
Avec Odile Chagny (IRES), Henrik Enderlein (Hertie School of Governance), Jacques Mairesse (CREST) et Cédric Villani (à confirmer).

Clôture du séminaire par Gilles de Margerie, commissaire général de France Stratégie

Ce séminaire réunira une cinquantaine d'experts économiques de haut niveau d’instituts de recherche, universités, think tanks ainsi que des économistes de l’administration française, des institutions européennes et internationales afin de débattre, selon la règle de « Chatham House », des réformes en cours et des défis à long-terme de l’économie française. Chaque session sera introduite par plusieurs intervenants et suivie d'une discussion avec les participants.
Cette journée sera aussi l’occasion de présenter le rapport-pays sur la France publié par la Commission européenne.

jeudi, 31 janvier 2019 13:49

Bulletin des nouveautés 813

jeudi, 24 janvier 2019 10:33

Bulletin des nouveautés 812

jeudi, 24 janvier 2019 10:31

Bulletin des nouveautés 811

vendredi, 18 janvier 2019 14:27

Jeunes et avenir du travail

Questions à Marcus KAHMANN et Camille DUPUY, co-auteurs de l’étude "Jeunes et mouvement syndical" (IRES), auditionnés par la section du travail et de l'emploi du CESE dans le cadre de la saisine : "Les jeunes et l'avenir du travail".

 

 

Xerfi Canal a reçu Odile Join-Lambert, chercheuse associée à l’IRES et professeur à l’Université Versailles Saint-Quentin, pour parler de la fonction publique. Une interview menée par Adrien de Tricornot.

 

 

La prochaine séance du Séminaire international de l’Ires se déroulera le jeudi 31 janvier à 13h45 à l’Ires.

Depuis 1990, le séminaire international de l’Institut de Recherches Economiques et Sociales (IRES) est un lieu d’échanges entre la recherche et le milieu syndical qui est unique en France. Il offre l’occasion aux chercheurs et chercheuses de présenter et mettre en débat leurs travaux portant sur les relations professionnelles nationales et transnationales.

Les prochaines séances seront consacrées aux « Syndicalismes européens face à la crise ». Le crash du système financier en 2008 avec ses conséquences sur l’activité économique a eu des répercussions profondes mais inégales et désynchronisées sur les économies européennes. Une division profonde marque désormais l’Union Européenne. L’exploitation des effets sociaux de l’austérité budgétaire et de la crise de la représentation politique par des forces nationalistes et réactionnaires a conduit l’Europe dans la crise la plus profonde à ce jour.

Ce constat constitue l’arrière-plan de l’ouvrage collectif « Rough Waters : European Trade Unions in a time of crisis » *. Les contributions réunies s’interrogent sur l’impact de la crise sur les capacités d’action des organisations syndicales nationales et européennes. Plusieurs auteurs participant à cet ouvrage présenteront leur travail dans le cadre du séminaire. Après une première séance introductive consacrée à l’Europe sociale et au syndicalisme européen, nous avons le plaisir d’accueillir les éditeurs de l’ouvrage.

* Lehndorff S, Dribbusch H., Schulten T. (2017) Rough Waters : European Trade Unions in a time of crises. Bruxelles : ETUIL’ouvrage est téléchargeable gratuitement ici : https://www.etui.org/Publications2/Books/Rough-waters-European-trade-unions-in-a-time-of-crises

Programme de l’après-midi « Les syndicalismes européens dans la crise » :

<   Accueil café à 13h45

<  « Les syndicalismes à l’époque des crises : « approche analytique adoptée et principaux enseignements d’une recherche comparative », par Steffen LEHNDORFF (Université de Duisbourg-Essen)

Discutant : Kevin GUILLAS-CAVAN (IRES)

Au programme de la prochaine séance thématique du 26 mars 2019 (14 h à l’IRES):

<  « Deux mondes du capitalisme ? Les syndicats de service et de l’industrie manufacturière depuis la Grande Récession », par Heiner DRIBBUSCH et Steffen LEHNDORFF (Institut WSI, Düsseldorf ; Université de Duisbourg-Essen)

<La situation allemande vue depuis la France », par Jean-Marie PERNOT

Discutant Marcus KAHMANN (IRES)

 

Inscription obligatoire auprès de caroline.aujoulet[arobase]ires.fr

La prochaine séance du Séminaire international de l’Ires se déroulera le jeudi 31 janvier à 13h45 à l’Ires.

Depuis 1990, le séminaire international de l’Institut de Recherches Economiques et Sociales (IRES) est un lieu d’échanges entre la recherche et le milieu syndical qui est unique en France. Il offre l’occasion aux chercheurs et chercheuses de présenter et mettre en débat leurs travaux portant sur les relations professionnelles nationales et transnationales.

Les prochaines séances seront consacrées aux « Syndicalismes européens face à la crise ». Le crash du système financier en 2008 avec ses conséquences sur l’activité économique a eu des répercussions profondes mais inégales et désynchronisées sur les économies européennes. Une division profonde marque désormais l’Union Européenne. L’exploitation des effets sociaux de l’austérité budgétaire et de la crise de la représentation politique par des forces nationalistes et réactionnaires a conduit l’Europe dans la crise la plus profonde à ce jour.

Ce constat constitue l’arrière-plan de l’ouvrage collectif « Rough Waters : European Trade Unions in a time of crisis » *. Les contributions réunies s’interrogent sur l’impact de la crise sur les capacités d’action des organisations syndicales nationales et européennes. Plusieurs auteurs participant à cet ouvrage présenteront leur travail dans le cadre du séminaire. Après une première séance introductive consacrée à l’Europe sociale et au syndicalisme européen, nous avons le plaisir d’accueillir les éditeurs de l’ouvrage.

* Lehndorff S, Dribbusch H., Schulten T. (2017) Rough Waters : European Trade Unions in a time of crises. Bruxelles : ETUIL’ouvrage est téléchargeable gratuitement ici : https://www.etui.org/Publications2/Books/Rough-waters-European-trade-unions-in-a-time-of-crises

Programme de l’après-midi « Les syndicalismes européens dans la crise » :

<   Accueil café à 13h45

<  « Les syndicalismes à l’époque des crises : « approche analytique adoptée et principaux enseignements d’une recherche comparative », par Steffen LEHNDORFF (Université de Duisbourg-Essen)

Discutant : Kevin GUILLAS-CAVAN (IRES)

Au programme de la prochaine séance thématique du 26 mars 2019 (14 h à l’IRES):

<  « Deux mondes du capitalisme ? Les syndicats de service et de l’industrie manufacturière depuis la Grande Récession », par Heiner DRIBBUSCH et Steffen LEHNDORFF (Institut WSI, Düsseldorf ; Université de Duisbourg-Essen)

<La situation allemande vue depuis la France », par Jean-Marie PERNOT

Discutant Marcus KAHMANN (IRES)

Inscription obligatoire auprès de caroline.aujoulet[arobase]ires.fr

jeudi, 10 janvier 2019 11:46

Bulletin des nouveautés 810

Le conseil « Famille » du Haut conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge (HCFEA) a adopté le 5 juin 2018 un rapport intitulé Lutter contre la pauvreté des familles et des enfants. Ce document a été réalisé dans la perspective du plan de lutte contre la pauvreté que préparait le gouvernement. Le Conseil, auquel participent les organisations syndicales de travailleurs, y affirme « il n’y a rien de pire pour un enfant que de passer sa journée le ventre vide, et le fait de pouvoir bénéficier d’un repas complet et équilibré le midi est une des conditions nécessaires pour pouvoir bénéficier des apprentissages que propose l’école ». Ce conseil a fait des propositions pour permettre à tous les enfants, et notamment aux enfants des familles les plus défavorisées, d’accéder à la cantine. Cet éclairage reprend des éléments tirés de ce rapport et d’un document de travail de l’IRES consacré à la restauration scolaire , et discute les récentes annonces du gouvernement sur le sujet.
Télécharger le document

Un état des lieux des enjeux et des obstacles. La cantine qui accueille désormais plus de 7 enfants scolarisés sur 10 est une institution majeure de notre société. Elle remplit, pour tous les enfants, mais encore plus les enfants de familles pauvres, des fonctions déterminantes discutées dans ce document : répondre au besoin essentiel d’une alimentation suffisante et équilibrée durant la pause méridienne ; favoriser le bon déroulement des apprentissages l’après-midi ; pourvoir à la nécessité d’un accueil et d’une prise en charge des enfants durant la pause méridienne, notamment au regard des objectifs de sécurité des enfants et de « conciliation » pour les parents ; participer à l’apprentissage du vivre ensemble et à l’éducation nutritionnelle en complémentarité de l’école et des parents ; intégrer les enfants dans un cadre exempt de toute forme d’exclusion ou de discrimination ; et plus généralement participer aux politiques de réductions des inégalités sociales de santé et des inégalités scolaires.

Pour ces raisons, de nombreux rapports et propositions plaident en faveur d’un accès effectif à la cantine pour tous les enfants. Il s’agit ici de documenter et discuter les obstacles s’opposant à l’effectivité de l’accès à la cantine, en particulier pour les enfants des familles les plus défavorisées. Ces obstacles sont de divers ordres : l’absence de tout service de restauration scolaire dans certaines écoles primaires de zones rurales ou périurbaines ; les refus d’accès à la cantine de l’école (parfois combinés à des refus d’accès à l’école elle-même) opposés en particulier à certains enfants de familles très défavorisées, plutôt dans les écoles primaires de grandes agglomérations urbaines ; les autres obstacles pour l’accès à la cantine, et en particulier l’obstacle économique ou financier lié aux tarifs de la cantine, problème majeur pour les enfants de familles pauvres des établissements du primaire ou du secondaire. Une effectivité du droit à la cantine pour les enfants de familles pauvres devrait logiquement passer par des mesures permettant la levée de ces obstacles.

Télécharger le document de travail d'Antoine MATH