Version mobile du site Ires.fr à venir
A


Non catégorisé

Ressources et présentations

Compte-rendu de la journée du 26 mars 2019

Télécharger le compte-rendu de la journée

Deux mondes de syndicalisme ? Les syndicats allemands depuis la crise de 2008/2009

Présentation de Heiner Dribbusch & Steffen Lehndorff, Séminaire international de l'IRES du 26 mars 2019

Pour aller plus loin :

Rough waters: European trade unions in a time of crises

https://www.etui.org/fr/Publications2/Livres/Rough-waters-European-trade-unions-in-a-time-of-crises

Allemagne. Partenariat sans conflit ? Conflit sans partenariat ? Un débat sur l’état des relations professionnelles

http://www.ires.fr/index.php/publications/chronique-internationale-de-l-ires/item/5915-partenariat-sans-conflit-conflit-sans-partenariat-un-debat-sur-l-etat-des-relations-professionnelles

Allemagne. Stratégies de renouveau syndical envers les travailleurs précaires : le cas des intérimaires dans la métallurgie

http://www.ires.fr/index.php/publications/chronique-internationale-de-l-ires/item/5618-allemagne-strategies-de-renouveau-syndical-envers-les-travailleurs-precaires-le-cas-des-interimaires-dans-la-metallurgie

Suite >

Edito : Newsletter #3

Frédéric LERAIS,Directeur de l’Ires

Frédéric Lerais, Directeur de l’Ires

Ce trimestre a été intense en manifestations et publications. Les différentes journées organisées par l’Ires ont favorisé l'échange entre la recherche et les acteurs du monde syndical sur deux thèmes forts de l'actualité : la santé, au moment de l’annonce du plan du même nom, et la loi « liberté de choisir son avenir professionnel » au moment où se renégocie la nouvelle convention d’assurance chômage et se met en place la réforme de la formation professionnelle.
La santé est – faut-il le rappeler ? - un besoin fondamental et universel. Sa satisfaction conditionne de façon cruciale le bien-être des populations. Les discussions lors de cette journée ont illustré l'intérêt de prendre au sérieux la santé comme critère d'évaluation des sociétés. Les politiques publiques (austérité, relance, protection sociale, droit du travail, etc.), les méthodes de management, etc. ne sont pas que des questions techniques mettant en jeu un principe abstrait d'efficacité. Dans un contexte marqué par diverses formes de « privatisation » du secteur de la santé, les intervenants des deux sessions thématiques ont mis en lumière les conséquences souvent négatives des politiques publiques, à la fois sur l’état de santé des populations mais aussi sur les conditions de travail du personnel soignant.
En octobre, les deuxièmes Rencontres de l’IRES et de l’ISST ont permis le débat sur la réforme de la formation professionnelle et de l’assurance chômage dans le contexte de la loi «liberté de choisir son avenir professionnel ». Considérée par le gouvernement comme l’acte II des réformes du marché du travail, la loi du 5 septembre 2018 renforce la centralité de l’État, sans pour autant garantir son engagement financier. Les intervenants se sont interrogés sur le sens de cette réforme du paritarisme et sur les moyens mobilisés pour la sécurisation des parcours professionnels, aussi bien en termes de formation que d’indemnisation du chômage. Cette loi annonce-t-elle une transformation du modèle social ?
Les publications aussi sont ancrées dans l’actualité. C’est toujours le cas de la Chronique internationale de l’IRES, et c’est aussi celui du dernier numéro de La Revue de l’IRES, qui s’interroge sur la postérité des comités d’entreprise (CE). Par l’ordonnance du 22 septembre 2017 portant nouvelle organisation du dialogue social et économique dans l’entreprise, ils disparaissent en effet au profit des comités sociaux et économiques (CSE), qui les remplacent. Ce numéro spécial revient sur 70 ans d’histoire des CE, et rend compte de leurs pratiques et de leur rôle dans le système de relations professionnelles, en combinant plusieurs entrées. À cette occasion, il s’interroge sur l’héritage que laisse cette institution.
Dans les mois à venir, l’Ires continuera de contribuer au débat social. Mardi 4 décembre, une rencontre Ires-OIT portera sur les chaînes de valeur mondiales, leur impact sur l’emploi et sur les politiques publiques à mettre en place. Début 2019, l’évolution des revenus minima garantis en Europe et aux Etats-Unis depuis la grande récession fera l’objet d’un numéro spécial de Chronique internationale de l’IRES, puis d’Entretiens de l’Ires. Enfin, la question de l’Europe sociale et du syndicalisme sera au cœur des prochaines séances du séminaire international et du prochain numéro de La Revue de l’IRES.

Nous espérons vous compter parmi les participants à ces rencontres et/ou nos lecteurs !

Suite >

Edito : au programme en 2018 !

Frédéric LERAIS,Directeur de l’Ires

Frédéric Lerais, Directeur de l’Ires

L’Assemblée générale de mars dernier a adopté le bilan et programme de travail. Sur les 4 axes de recherche : relations professionnelles, travail, revenus et l’emploi, l’année 2017 a encore été marquée par une activité intense, intensité qui ne devrait pas se démentir en 2018.

Relations professionnelles

En 2017, les travaux de l’Ires ont porté sur la dynamique des systèmes de représentation dans l’entreprise et de négociation collective en France et en Europe. Depuis 2013, ces deux champs ont connu d’importantes évolutions législatives, les dernières en date, résultant des Ordonnances de septembre 2017, opérant des changements radicaux dans l’architecture institutionnelle de la représentation des salariés.
Les réformes de l’indemnisation du chômage et de la formation professionnelle, les deux principaux espaces de la régulation paritaire, sont programmées pour 2018. Le suivi et l’analyse à la fois de la genèse de ces réformes, de leurs contenus et de leurs effets sur le système de relations professionnelles est un axe de travail clé pour 2018.
Les résultats de la recherche pour la Dares sur les évolutions institutionnelles des comités d’entreprise servent à approfondir plusieurs questionnements dans le contexte des ordonnances réformant le code du travail : rôle des experts, fusion des instances de représentation dans l’entreprise. La connaissance des expériences étrangères s’est poursuivie aussi bien dans le domaine des négociations salariales que dans l’analyse de la décentralisation des négociations collectives dans différents pays européens.
Le suivi de la participation des travailleurs au sein des entreprises multinationales se prolonge à travers un projet centré sur l’articulation entre les négociations d’entreprise transnationale et nationale. Concernant l’acteur syndical, deux projets comparatifs cherchent à saisir pour l’un, les processus complexes d’engagement des jeunes dans le syndicalisme et pour l’autre, les formes de représentation syndicale dans le travail du Care. Ces recherches posent la question des conditions d’un renouveau de l’action syndicale face aux mutations du travail.

Travail et sécurisation des parcours professionnels

Les travaux sur le fonctionnement des dispositifs d’accompagnement et d’insertion, ou encore sur les différentes formes d’intermédiation, ont accordé une attention croissante à la question des « situations ». Cette focale constitue un bon lecteur des « conditions d’efficacité » des dispositifs et des pratiques professionnelles développées dans ces différents champs, et des inflexions de certaines pratiques. Accorder une attention à une « situation » dans son ensemble, pour ajuster un accompagnement non pas aux seules « caractéristiques » d’une personne mais à la « situation » dans laquelle elle se trouve. Cela permet de faire le lien avec d’autres acteurs (un environnement, fait d’employeurs potentiels notamment) ; Cela peut par exemple conduire à investir différemment « la relation à l’entreprise » : comment les pratiques des conseillers se distinguent-elles de ce point de vue, et comment mieux les qualifier selon qu’elles investissent, ou non, cette dimension , dans quelle mesure et selon quelles modalités ?

Revenus

Les travaux visent aussi à éclairer les transformations sur la formation et la répartition des revenus. Les trajectoires d’évolutions des rémunérations des salariés et des transferts sociaux ont été fortement modifiées à partir de la Grande récession de 2008-2009, en particulier avec la mise en œuvre de politiques de restrictions budgétaires ou encore avec les nouvelles réformes du marché du travail.
En 2017, les travaux s’articulent autour de trois thèmes : les stratégies nationales de négociations salariales en période de sortie de crise. Il s’agit en particulier de saisir comment celles-ci soutiennent (ou non) une « croissance inclusive » ; les négociations de compromis durant la crise en France, en particulier dans les entreprises ayant mis en œuvre des ajustements de l’emploi et des salaires. Enfin, les travaux sur les enjeux de l’épargne salariale pour les politiques salariales en France se poursuivent.
Sur la protection sociale, les travaux ont porté sur les politiques familiales ou encore sur les questions de santé. Plusieurs chantiers sont consacrés aux politiques de santé ou du soin, et en particulier les évolutions touchant au financement ou à la délivrance du soin. L’année 2017 a été l’occasion de rassembler des travaux dans le cadre d’un numéro spécial de la revue de l’Ires, revisitant la crise ainsi que les politiques d’austérité ou encore les réformes dites « structurelles », au prisme de la santé de la population et des évolutions du secteur de la santé, en particulier pour les travailleurs de ce secteur. Un projet, présenté avec plusieurs laboratoires universitaires, a été retenu par l’ANR sur la question de la construction du marché du risque santé et en particulier des transformations du secteur et des acteurs de la couverture complémentaires santé dans le contexte de sa « généralisation ».
Une attention particulière est portée sur les inégalités et, 2017 a été l’occasion de développer un cadre théorique et méthodologique sur la définition et l’estimation d’un seuil de richesse. Se poursuivent les travaux autour des « budgets de référence » ou « revenu minimum décent » pour pouvoir participer effectivement à la vie sociale, dans le cadre d’une recherche pour l’ONPES.

Emploi

En 2017, les activités ont porté notamment sur l’analyse de l’impact des chaînes d’approvisionnement mondiales (CAM) sur les systèmes productifs et l’emploi, initiée en 2016 dans le cadre d’un contrat avec l’OIT. Une comparaison France-Brésil des industries aéronautique et automobile s’appuie sur l’exploitation de plusieurs bases de données et sur des entretiens monographiques. Un des objectifs de cette recherche est d’analyser les apports et les limites de l’analyse des CAM et de rendre compte des répercussions en termes d’emploi et d’enjeux pour la négociation collective. Les recherches sur les formes d’emploi atypiques ont redémarré le cadre d’un partenariat  avec l’INRA,  sur la question des recompositions de la diversité des formes d’exercice de l’activité agricole. Outre son travail de veille  toujours d’actualité, le réseau Sharers and Workers a co-animé des groupes de travail en partenariat avec l’IGAS et France Stratégie autour des recommandations du rapport de l’IGAS sur la protection sociale et les plateformes numériques, et a contribué à la préparation d’une journée d’étude en collaboration avec l’Institut du Travail d’Aix Marseille Université et Secafi, sur les impacts de la transformation numérique sur le travail et la qualité de vie au travail. Le reste des thèmes étudiés, autour des modèles nationaux, des populations cibles (jeunes, seniors, étrangers …) ont fait et feront l’objet de publications ou de communications.

Vous retrouverez ce programme de travail en détails sur notre site avec l’ensemble des travaux. Vous pouvez aller plus loin en consultant l’ensemble des études commandées par les organisations syndicales.

Suite >

Projet éditorial - La revue de l'IRES

iresmaj
  • Projet éditorial

L’IRES a été créé par les organisations syndicales représentatives françaises en 1982, avec le concours du gouvernement, pour documenter et informer l’ensemble des champs qui les concernent, analyser les évolutions qu’ils connaissent et en décrypter les enjeux. Cette ambition fut également au fondement de la création de La Revue de l’IRES, en 1989.

La Revue publie des travaux de recherche qui concernent le champ des relations collectives du travail, les conditions et les performances d’emploi, les rapports entre macroéconomie et performances d’emploi, les conditions de travail, la formation des revenus et la protection sociale, en vertu notamment de la participation des organisations professionnelles à l’élaboration et à la gestion collectives des garanties sociales. Dans ces différents champs, les travaux publiés peuvent s’intéresser tant aux politiques publiques qu’aux stratégies et positions des acteurs.
La Revue s’intéresse à ce titre à des objets qui se situent, pour la plupart, à la frontière de plusieurs champs. Elle porte une attention particulière à la façon dont ces objets sont saisis, et publie des travaux mobilisant des disciplines variées, comme c’est le cas dans le champ des relations industrielles ou des sciences administratives. Elle prête également une attention particulière aux travaux mobilisant des éclairages comparatifs internationaux, ainsi qu’aux travaux s’appuyant sur des enquêtes de terrain.

La Revue de l’IRES s’adresse de façon privilégiée aux chercheurs, organisations syndicales, praticiens et administrations, intéressés à divers titres par les problématiques et les champs qu’elle a choisi d’investir.

  • Processus éditorial

La Revue accueille à ce titre une grande variété de travaux, dont elle apprécie d’abord la pertinence et l’intérêt au regard du champ qu’elle se propose d’explorer.

La procédure d’évaluation des articles est ensuite ajustée au projet éditorial et garante de la qualité scientifique de la publication. Elle repose sur la mobilisation d’un comité de lecture, qui réunit les chercheurs de l’Institut, sa direction et des représentants des organisations syndicales parties prenantes au projet de l’IRES. Il peut également associer des chercheurs extérieurs, invités pour l’occasion. L’ensemble des articles susceptibles d’être publiés sont soumis au comité de lecture. L’évaluation des articles proposés à La Revue de l’IRES est alors conduite de façon collégiale et ouverte, dans le cadre d’une réunion du comité de lecture à laquelle les auteurs sont également conviés.

Chaque article est lu par l’ensemble des membres du comité de lecture. Il est présenté et discuté en séance de façon approfondie par un rapporteur issu du comité. La discussion s’ouvre ensuite sur un débat auquel participe l’ensemble des membres du comité de lecture ainsi que l’auteur, invité à réagir aux observations qui lui sont faites.

Ce processus éditorial, assuré de façon collective par les chercheurs de l’institut et auquel contribuent également des représentants des organisations syndicales parties prenantes au projet de l’IRES, vise à faire part aux auteurs de commentaires constructifs, dans la perspective d’une reprise et d’une amélioration des articles qui puissent bénéficier des apports de la discussion. L’évaluation collégiale des articles, associée à un droit de réponse des auteurs, garantissent ainsi, ensemble, l’objectivité des évaluations.

A l’issue de la réunion du comité de lecture, une synthèse écrite des observations et des suggestions formulées par le comité de lecture est transmise aux auteurs, pour la reprise de l’article en vue de sa publication.

Suite >

Projet éditorial - La Chronique Internationale

iresmaj

La Chronique internationale de l’IRES est une publication trimestrielle fondée en 1989. Elle a pour mission de fournir aux lecteurs des clés de lecture pour comprendre l’actualité sociale, économique et politique à l’étranger, y compris aux niveaux de l’Union européenne et international (BIT, etc.). Elle s’efforce d’apporter des éléments d’information significatifs pour permettre une analyse fine des politiques publiques et des évolutions institutionnelles. Selon les sujets traités, il est souhaitable que les auteurs relaient les réactions et prises de position des acteurs sociaux par rapport aux événements et réformes dont il est question. Cette volonté de regarder ailleurs pour tirer parti des expériences étrangères correspond aussi au souci de favoriser un regard décentré sur les réalités et pratiques nationales.

Suite >

Proposer un article - La Revue de l'IRES

iresmaj
  • Proposer un article : recommandations aux auteurs

Les auteurs qui proposent un article à La Revue de l’IRES doivent préciser si leur article a fait l’objet d’une publication préalable ou s’il est à paraître dans un ouvrage ou un autre support.
Les articles publiés sont de taille variable, en fonction de la nature des travaux et des développements nécessaires à leur présentation. Les articles font le plus souvent 60 000 à 65 000 signes espaces compris. Ce nombre de signes comprend l’ensemble du texte, notes de bas de page, tableaux, encadrés et annexes inclus.
Ils sont envoyés au secrétariat de rédaction de la revue : julie.baudrillard[arobas]ires.fr, et sont accompagnés d’un résumé en français d’environ 900 signes et de 5 à 6 mots clés. Le résumé présente brièvement la question abordée, les arguments principaux défendus par l’auteur, la méthode utilisée et la structure de l’article. Il est repris au début de l’article, et en fin de numéro dans ses versions française et anglaise. La traduction en anglais est réalisée par la revue.
Tous les articles sont publiés dans la version papier de La Revue de l’IRES. Leur version électronique est également téléchargeable gratuitement sur le site Internet de l’IRES depuis le n° 27, de 1998, ainsi que sur le portail www.cairn.info depuis le n° 47 de 2005.
En publiant dans La Revue de l’IRES, l’auteur autorise la revue à diffuser sa contribution sur le portail électronique cairn.

Chaque auteur reçoit deux exemplaires papier du numéro de la revue auquel il a contribué.

  • Normes de présentation des articles

Les termes et expressions étrangers apparaissent en italiques, sauf ceux entrés dans la langue française et les noms propres, d’institutions, programmes, partis politiques, syndicats, etc.
Les sigles doivent être explicités à leur première apparition dans le texte. Par exemple, indiquer Bureau international du travail (BIT).
Lorsque des chiffres sont mentionnés, la décimale est indiquée par une virgule, les milliers par un espace (pas de point).
Les chiffres inférieurs à dix sont indiqués en toutes lettres.
Les décennies apparaissent sous leur forme pleine (par exemple : les années 1990).

Les majuscules sont accentuées.

  • Note de présentation des auteurs

Merci de présenter le ou les auteurs de l’article dans une note de bas de page associée à son/leurs nom(s), en première page et selon le modèle suivant : fonction, lieu d’exercice (par exemple maître de conférences en droit, université de Saint-Etienne, CERCRID).
L’auteur pourra, s’il le souhaite, ajouter un contact (adresse électronique) et des remerciements.

  • Niveaux de titres

Trois niveaux de titres peuvent être utilisés. Ils sont numérotés comme suit : le premier niveau sera numéroté I, II etc. ; le deuxième I.1., I.2. etc. ; le troisième ne sera pas numéroté.

  • Encadrés

Les auteurs sont encouragés à rédiger des encadrés pour faire le point sur des questions qui nécessitent un éclairage particulier (et qui n’ont pas nécessairement leur place au sein du développement) ou pour alléger les descriptions techniques. Un encadré ne devra pas excéder 2 000 caractères. Il conviendra de les numéroter s’il y en a plusieurs et de les appeler dans le corps du texte, sous la forme (encadré 1).

  • Tableaux, graphiques et schémas

Ils comportent un titre et leur source doit être mentionnée.
À l’instar des encadrés précédemment évoqués, ils doivent être numérotés et appelés dans le texte sous la forme (tableau 1).
Nous vous remercions d’accompagner les tableaux ou graphiques complexes d’une note de lecture.
Ils devront être communiqués sous format Excel et non au format image ou pdf, afin qu’ils puissent être retravaillés selon les normes de la revue et mis en pages. Par ailleurs, l’auteur devra s’assurer qu’il a l’autorisation de reproduire un schéma, graphique ou tableau qu’il n’aurait pas lui-même réalisé.

  • Références bibliographiques

Les références devront être appelées entre parenthèses dans le corps du texte sur le modèle (Dupont, 2002), et les numéros de pages éventuels seront précédés de deux points (Dupont, 2002:56-78).
Toutes les références bibliographiques citées dans le corps du texte devront être reportées dans la bibliographie, et inversement.
Les références citées dans le corps du texte doivent se retrouver en bibliographie sous la forme suivante :
Boldue X. (2010), « Synthèse des négociations collectives dans la métallurgie », Négociations, n° 9, mai, p. 34-45.
Sassen S. (2007), « L’émergence d’une multiplication d’assemblages de territoire, d’autorité et de droits », in Wieviorka M. (dir.), Les sciences sociales en mutation, Paris, Éditions Sciences humaines, p. 205-221.
Wieviorka M. (2007), Les sciences sociales en mutation, Paris, Éditions Sciences Humaines.
Dans le cas où plusieurs ouvrages d’un même auteur auraient été publiés à la même date, merci de les distinguer par les lettres a, b, c, etc. (Dupont, 2005a), selon leur ordre d’apparition dans le texte.

Suite >

Proposer un article - La Chronique Internationale de l'IRES

iresmaj
  • Proposer un article

Les articles proposés à publication comptent 20 000 à 25 000 signes espaces compris. Ce nombre de signes comprend l’ensemble du texte, notes de bas de page, tableaux, encadrés et annexes. En fonction des thèmes et des explications nécessaires à la compréhension des lecteurs, ils pourront être un peu plus courts ou plus longs.
Les textes soumis doivent envoyés au secrétariat de rédaction : julie.baudrillard[arobas]ires.fr, et être accompagnés d’un résumé de 500 signes espaces compris, qui sera mis en ligne sur le site internet de l’IRES.
Depuis le n° 48 de septembre 1998, tous les articles publiés dans la Chronique internationale de l’IRES sont également disponibles en version électronique en libre accès sur le site de l’IRES . Certains numéros spéciaux parus entre 1993 et 1998 sont également téléchargeables gratuitement sur le site Internet de l’IRES.
Chaque auteur reçoit deux exemplaires papier du numéro auquel il a contribué.

  • Normes éditoriales et présentation générale du texte


Les termes et expressions étrangers apparaissent en italiques, sauf ceux entrés dans la langue française et les noms propres, d’institutions, programmes, partis politiques, syndicats, etc.
Les sigles doivent être explicités à leur première apparition dans le texte. Par exemple, indiquer Bureau international du travail (BIT).
Lorsque des chiffres sont mentionnés, la décimale est indiquée par une virgule, les milliers par un espace (pas de point).
Les chiffres inférieurs à dix sont indiqués en toutes lettres.
Les décennies apparaissent sous leur forme pleine (les années 1990).
Les majuscules sont accentuées.

  • Note de présentation des auteurs

Merci de présenter l’auteur de l’article dans une note de bas de page associée à son nom (en première page), selon le modèle suivant : fonction, lieu d’exercice (par exemple maître de conférences en droit, université de Saint-Étienne, CERCRID).
L’auteur pourra, s’il le souhaite, ajouter un contact (adresse électronique) et des remerciements.

  • Niveaux de titres

Dans le développement, l’auteur pourra utiliser deux niveaux de titres non numérotés.
Dans la mesure du possible, il conviendra de rédiger des introductions de partie, pour éviter que deux niveaux de titre se suivent.

  • Encadrés

Les auteurs sont encouragés à rédiger des encadrés pour faire le point sur des questions qui nécessitent un éclairage particulier (et qui n’ont pas nécessairement leur place au sein du développement). Par exemple, dans un article sur « la crise du partenariat social et la rigueur budgétaire » en Irlande, l’auteur pourra rédiger un encadré sur les principales mesures d’économies budgétaires.
Un encadré ne devra pas excéder 2 000 caractères. Il conviendra de les numéroter s’il y en a plusieurs et de les appeler dans le corps du texte, sous la forme (encadré 1).

  • Tableaux, graphiques et schémas

Ils comportent un titre et leur source doit être mentionnée. À l’instar des encadrés précédemment évoqués, ils doivent être numérotés et appelés dans le texte sous la forme (tableau 1).

Nous vous remercions d’accompagner les tableaux ou graphiques complexes d’une note de lecture.
Ils devront être communiqués sous format Excel, et non au format image ou pdf, afin qu’ils puissent être retravaillés selon nos normes et mis en page. Par ailleurs, l’auteur devra s’assurer qu’il a l’autorisation de reproduire un schéma, graphique ou tableau qu’il n’aurait pas lui-même réalisé.

  • Notes de bas de page

Les notes de bas de page doivent être brèves et utilisées avec parcimonie, pour apporter des explications au texte, ou pour indiquer une référence à un article de presse. Les notes sont brèves et informatives

  • Références bibliographiques et sources

Les références citées dans le texte et reprises en bibliographie sont des ouvrages ou articles de référence ; les articles de journaux seront cités en note de bas de page. Les références devront être appelées entre parenthèses dans le corps du texte sur le modèle (Dupont, 2002), et les numéros de pages éventuels seront précédés de deux points (Dupont, 2002:56-78).
Toutes les références bibliographiques citées dans le corps du texte devront être reportées dans la bibliographie, et inversement.
Les références citées dans le corps du texte doivent se retrouver en bibliographie sous la forme suivante :
Sassen S. (2007), « L’émergence d’une multiplication d’assemblages de territoire, d’autorité et de droits », in Wieviorka M. (dir.), Les sciences sociales en mutation, Paris, Editions Sciences Humaines, p. 205-221.
Wieviorka M. (2007), Les sciences sociales en mutation, Paris, Editions Sciences Humaines.
Boldue X. (2010), « Synthèse des négociations collectives dans la métallurgie », Négociations, n° 9, mai, p. 34-45.
Dans le cas où plusieurs ouvrages d’un même auteur auraient été publiés à la même date, merci de les distinguer par les lettres a, b, c, etc. (Dupont, 2005a), selon leur ordre d’apparition dans le texte.

Suite >

Catalogue en ligne

iresmaj

Le Centre de documentation de l'Ires a notamment pour mission le soutien documentaire au programme de recherches de l'Ires et la réponse aux sollicitations documentaires du mouvement syndical, en complément des centres d'information et de documentation des organisations syndicales.
Les ressources du Centre de documentation sont multiples. Il reçoit les principales publications syndicales, de nombreux périodiques et ouvrages académiques et universitaires, dans le domaine économique, des relations professionnelles, du travail et de l'emploi. Elles font l’objet d’une valorisation au travers un bulletin bibliographique des nouveautés et l’ensemble de la base documentaire de ces supports sont consultables en ligne sur un portail dédié.
Le Centre de Documentation accueille les chercheurs, les syndicalistes et les étudiants à partir du master, sur rendez-vous uniquement.

Cliquez ici pour consulter notre fonds documentaire consultable et interrogeable en ligne

documentation

 

Suite >