Version mobile du site Ires.fr à venir
A


N° 50 (mars 2006)
Partager

Le défi de l'approche intégrée de l'égalité pour le syndicalisme en Europe

Rachel SILVERA

L'objet de cet article est de proposer quelques résultats des travaux réalisés dans le cadre d'un programme de recherche européen sur l'application du concept de gender mainstreaming - c'est-à-dire l'approche intégrée, transversale et permanente de l'égalité, au champ syndical. Il s'agit également de développer une approche comparative entre des pays européens : l'Autriche, la Belgique, le Danemark, la France, l'Italie et les Pays-Bas. L'objectif est tout d'abord de faire le constat - plutôt négatif - sur la place accordée aux femmes dans les structures syndicales et singulièrement dans les postes à responsabilité : y compris dans des secteurs très féminisés, à de rares exceptions, les directions syndicales restent majoritairement masculines, et ce quel que soit le pays. Il s'agit alors d'analyser les « résistances » historiques, parfois justifiées par l'implantation syndicale, mais aussi de relever des freins liés à la prégnance d'un modèle culturel « du militant viril ». Il s'agit alors de présenter et de proposer des outils favorables à une double approche, qui se décline différemment selon les pays et les modèles sociaux qu'ils représentent : en interne, en favorisant la place des femmes dans tous les lieux décisionnels de façon volontariste (comme en France et en Italie) et/ou en révisant le mode de fonctionnement syndical (surtout aux Pays-Bas) ; en externe, en développant des actions et négociations favorables à l'égalité au travail et hors travail, d'une façon effectivement intégrée dans certains pays (Danemark et Pays-Bas) mais plus difficilement ailleurs, comme en France.

En bref...