Version mobile du site Ires.fr à venir
A


N° 58 (septembre 0000)
Partager

La Suède à la recherche de son modèle social

Iain G. BEGG

L'économie suédoise s'est remise avec brio de la profonde dépression qu'elle a subie au début des années 1990 et a par la même occasion refondu son modèle social, revenant en quelques sortes au modèle Rehn-Meider qu'elle avait suivi avec succès jusqu'aux années 1980. Les partenaires sociaux jouent un rôle significatif dans la régulation du marché du travail, comme dans d'autres pays nordiques, mais contrairement au Danemark, la Suède jouit d'une protection de l'emploi relativement solide. Depuis le milieu des années 1990, le pays a suivi une politique macroéconomique visant sa stabilité et les inégalités salariales y sont faibles. Un marché du travail aux politiques actives et un engagement fort vis-à-vis de l'égalité des sexes font aussi partie du policy-mix. La Suède bénéficie d'un taux d'emploi élevé et d'industries fortement exportatrices, et pourtant le nombre d'heures travaillées y est relativement bas : ce paradoxe apparent s'explique en partie par les possibilités étendues de congés rémunérés et par les mécanismes d'incitation du système de protection sociale. Depuis les années 1960, pratiquement toute la croissance de l'emploi s'est produite dans le secteur public, une tendance non viable sur le long terme, et certaines critiques posent la question de la rentabilité des politiques actives d'emploi. Cet article conclut néanmoins que la Suède a prospéré dans la globalisation, créant par là une base solide pour une prospérité durable et la justice sociale du pays. On peut malgré tout se demander si la transformation d'un modèle, aussi réussie soit-elle pour l'instant, pourra résister au temps.

En bref...