Version mobile du site Ires.fr à venir
A


Actualités
Partager

Nouveauté : Chronique internationale de l’IRES N°169-170 juin 2020

Au sommaire de ce numéro double, un premier article fait le bilan des politiques familiales en Allemagne : ont-elles contribué à réduire significativement les différences Est/Ouest s’agissant du taux d’emploi et des modalités de participation des femmes au marché du travail et quels en sont les effets ?
Deux articles portent ensuite sur le Royaume-Uni. Le premier observe le rôle des syndicats dans les négociations du Brexit, autour de deux objectifs : obtenir des garanties sur le droit du travail, issues en grande partie de la transcription des directives européennes ; soutenir un accord de libre-échange avec l’Union européenne pour préserver l’emploi. Le second tire les enseignements de la privatisation du rail, qui a débouché sur un bouleversement du système de relations professionnelles et sur la crise du système ferroviaire depuis 2018.
Le 4e article revient sur l’instauration du revenu de citoyenneté en Italie. Mesure phare du programme du Mouvement 5 Étoiles lors des élections législatives de 2018, sa mise en œuvre laborieuse n’a pas atteint les objectifs de réduction de la pauvreté et de réinsertion dans l’emploi.
Les deux articles suivants concernent les États-Unis. Le premier analyse le renouvellement des conventions collectives des trois grands constructeurs automobiles. Bien que fragilisé, le syndicat de l’automobile a su utiliser l’arme de la grève pour obtenir des résultats significatifs. Le second rend compte de la reconfiguration accélérée des principaux programmes d’assistance aux pauvres par l’administration Trump depuis 2018 (l’aide alimentaire et l’assurance santé). Elle vise à durcir les contreparties exigées des allocataires, voire à remettre en cause les fondements de ces programmes, des objectifs momentanément (?) contrariés par la crise sanitaire.
Enfin, le dernier article revient sur la montée concomitante du protectionnisme et du recours au motif de « sécurité nationale » dans les échanges économiques internationaux depuis la fin des années 2000. Avec l’effondrement du commerce mondial et la grave récession consécutive à la pandémie de COVID-19, ce « nationalisme technologique » risque d’exacerber les rivalités géopolitiques.

Télécharger la Chronique internationale de l'IRES N.169-170

En bref...