Version mobile du site Ires.fr à venir
A


UNSA
Partager

"Libres ensemble". Sociologie des militants de l’UNSA (mars 2019)

Nicolas FARVAQUE et Arthur NOUAILLAT

« Libres ensemble » : ce slogan utilisé par l’UNSA est fortement apprécié des militants de l’UNSA, « c’est le plus beau qu’on ait trouvé », dit cet adhérent historique. Le sens et la philosophie d’action de ce syndicat sont dans cette association complexe entre liberté et solidarité commune. Le nom de l’Union nationale des syndicats autonomes peut, à l’image de ce slogan, parfois sembler porter une contradiction interne, une tension originale : comment unir des éléments autonomes, qui « suivent leurs propres lois ou propres règles » si l’on prend le sens étymologique du terme d’autonomie ? C’est cet équilibre entre l’action locale de militants, investis dans des lieux professionnels très divers, et le projet commun d’une union syndicale née en 1993 et qui a rarement fait l’objet d’études approfondies, que nous interrogeons dans ce rapport, à destination même de l’organisation.
Qui sont les adhérents et les militants de l’UNSA ? Qu’est-ce qui les fédère ? Quelles sont leurs valeurs ? Cette sociologie de l’UNSA au prisme ou au miroir de ses militants vise à mieux comprendre l’organisation dans ses dimensions humaines. Une question posée est celle du défi de l’union dans le respect de l’autonomie.
Pour cela nous nous basons sur deux matériaux. D’abord, l’exploitation d’un questionnaire distribué sous forme « papier » lors du sixième congrès national de l’UNSA (Montpellier) les 31 mars et 1-2 avril 2015, puis sous format électronique, fin juin 2015 à un ensemble d’adhérents. Au total nous avons analysé 814 questionnaires représentant environ 170 questions. Ensuite, 72 entretiens semi-directifs réalisés en deux temps : d’abord 37 entretiens, réalisés fin 2015 dans le cadre d’une première étude réalisée dans le cadre de l’Agence d’objectifs de l’IRES, centrés sur les stratégies de développement de l’UNSA dans le privé ; ensuite 35 entretiens réalisés entre avril et juillet 2016 et portant essentiellement sur des questions subjectives liées à l’action syndicale et l’engagement dans l’UNSA.
Le rapport présente dans un premier temps le portrait des répondants à ce questionnaire et interroge le renouvellement militant du syndicat. Une seconde partie revient sur les ressorts de l’engagement au sein de l’UNSA. Pourquoi adhérer et militer au sein de cette organisation ? Quels sont les motifs de la rencontre avec l’UNSA, puis de l’investissement personnel dans cette structure ? Dans un troisième temps, nous revenons sur le pilier central de l’autonomie, le « a » de l’UNSA. Quel est le sens de l’autonomie chez les militants de l’UNSA ? Nous insistons sur les représentations plurielles de l’autonomie. Dans une dernière partie, nous regardons comment vit cette autonomie au quotidien, autour de la mobilisation d’un répertoire pragmatique et réformiste. Cela permet de pointer l’importance du travail d’administration d’un sens commun et le rôle des valeurs agissant comme des « clés de voûte » entre des militants d’origines diverses.